C.A.P Pâtissier en candidat libre : on fait quoi ?

vendredi 30 août 2019


Plus d’un mois après la première publication concernant le C.A.P Pâtissier, il est grand temps que je vous explique concrètement comment j’ai fait.

C’est marrant (enfin, pas à se taper le cul par terre, non plus !), mais c’est vraiment LA question qui revient le plus : « Mais, t’as suivi une formation à distance, du coup ? ». Et quand je réponds que non, pas du tout, les yeux deviennent tout ronds et là, je me lance dans une explication nécessaire ! Et je me dis que peut-être celles et ceux qui liront cet article (par envie ou hasard, coucou, si c’est le cas !) auront besoin d’une explication supplémentaire, sachant que, plus j’entends parler des gens qui ont fait comme moi, moins j’ai l’impression d’avoir fait comme tout le monde… Alors peut-être que ça changera un peu et que ça vous motivera encore plus !


Etape 1 – Faut se magner si vous voulez faire comme moi !


En gros, c’est un peu la dernière année où ça sera « simple » de se lancer en candidat libre. Explications : les programmes ont changé et du coup, pour ceux qui entrent cette année en C.A.P Pâtissier, lorsqu’ils passeront l’examen en 2021 (le C.A.P est en deux ans !), auront une nouvelle version de l’examen et de ce qui l’entoure.

Du coup, l’année 2019/2020 sera la dernière où on peut vraiment passer en mode « relax » son C.A.P en candidat libre ! Attention, quand je dis ça, je ne dis pas que ce ne sera pas fatiguant ou que vous allez vous tourner les pouces pendant un an mais que sur le passage de l’examen en lui-même n’aura rien de contraignant.

En gros, pour l’examen de 2021, la pratique sera scindée en deux parties sur deux jours (aujourd’hui, tout se passe en 7h) ! Et il faudra OBLIGATOIREMENT avoir fait 14 semaines de stage (au moins deux fois 7 semaines, dans les trois dernières années) pour prétendre passer votre examen, même pour les candidats libres, chose qui n’est pas du tout obligatoire, aujourd’hui !


Bref, si vous avez cette envie de nouveau diplôme, que vous n’aurez pas le temps de faire ces stages (qui sont quand même plutôt chouettes, pour ceux qui veulent vraiment se lancer après, professionnellement ! Pour ceux qui veulent passer leur C.A.P en mode challenge perso, c’est dommage !), faut s’inscrire pendant cette rentrée 2019/20 !

Mon avis : Jetez-vous à l’eau ! Si vous avez lu le précédent article (si non, cliquez !), vous savez que moi, je m’y suis prise un peu à la dernière minute… J’avais peur, j’y suis allée avec beaucoup d’appréhension et pourtant, je suis heureuse de l’avoir fait ! Si vous ne prévoyez pas de faire de stage, pas de problème, je n’en ai pas fait. J’ai rencontré des pâtissiers dans le cadre de « On Vous Embarque ! » qui m’ont beaucoup aidé en me donnant des astuces, mais je n’ai pas bossé concrètement avec eux, pendant plusieurs semaines… Et pourtant, je m’en suis sortie !

Du coup, si vous bossez, si vous avez des contraintes qui vous empêche de prétendre à un véritable stage, rassurez-vous ! Faites de votre mieux, j’ai réussi à choper des tours de mains grâce à YouTube (véridique !), si vous êtes passionné, vous vous y mettrez à fond, vous ferez de votre mieux et ça pourra être bien, vous verrez !


Etape 2 – Suivre une formation ou pas ?


Moi, c’était clair et net. Je ne pouvais pas du tout me permettre financièrement de me payer une formation en ligne (par un centre privé ou par des anciens candidats libres qui ont mis des trucs à dispo !). Et puis, j’avais des exemples partout sur le web (proches ou moins) qui n’avaient pas fait cette démarche et qui avaient vraiment très bien réussi. Vraiment, pour mon cas, passionnée de pâtisserie qui ne faisait pourtant pas des tartes ou des entremets toutes les semaines, je me sentais capable d’apprendre avec un livre et les conseils qu’on peut trouver partout sur Internet.

Mon conseil : Avoir un bon livre et un smartphone/tablette/ordi pour trouver des pépites ! Mais ça, j’en parle de suite après, même si vous allez devoir commencer votre « apprentissage » avant l’étape 3 !


Etape 3 – L’inscription à l’examen


Rien de plus simple !

(Dit-elle alors qu’elle flippait beaucoup beaucoup au moment de l’inscription !)

En gros, vous allez faire le boulot des personnes qui gèrent les inscriptions aux examens dans les centres de formation : vous connectez sur le site de l’Académie à laquelle vous dépendez ! Les inscriptions se déroulent en deux parties :

- Inscription en ligne : mi-octobre/début novembre,

- Dossier papier que vous recevrez (suite à l’inscription en ligne) que vous devrez compléter et retourner à l’Académie (attention aux dates, ils sont rigoureux !).

Je ne vous détaille pas tout, parce que vraiment ce n’est pas compliqué. Je vais vous donner plus tard dans cet article, des sites où vous aurez plus de détails, si besoin.


C’est globalement tout ! Et vous en conviendrez, c’est simple ! Il faudra suivre tout ce qui vous sera demandé sur le site des inscriptions (pas encore ouvert ! Ce sera ouvert à une date inconnue à partir du mois d’octobre, restez connectés !).

Si vous avez déjà un C.A.P, un B.E.P ou un BAC, vous n’aurez pas à tout repasser. Sauf si vous pensez que ça peut être intéressant pour vous, en termes de notes, de passer certaines matières. Je pense au sport, notamment, qui peut vous apporter des points bonus. Mais franchement, pour ma part, j’ai juste choisi de passer les épreuves qui sont spécifiques à la pâtisserie, c’était déjà bien assez complet à apprendre, pour revoir d’autres matières ou me mettre au sport (spoiler : je ne suis pas sportive !).

Avant de recevoir le fameux sésame qui vous permettra d’entrer dans les salles d’examens, vous allez recevoir environ en décembre/janvier, un courrier qui vous informera sur la liste du matériel qui vous sera autorisé pour le jour J et surtout, la liste des trois sujets qui seront proposés pour la pratique. On en reparle tout à l’heure…

Si vous avez reçu les documents ci-dessus, aucune raison que vous ne receviez pas votre convoc’ (comme disent les d’jeuns)(et moi, j’ai écrit un truc ringuard, dites-le !). On reçoit les convocations entre mi-mars et début mai. Pourquoi aussi peu de précision ? Parce que ça dépend des académies, encore une fois. Et vous verrez, les dates des examens sont vraiment différentes en fonction de plein de choses ! Bref…

Après, ce sera le jour J ! Et ça, c’est autre chose, dont on reparlera dans un autre article où j’expliquerai comment s’est déroulé mon examen et où je donnerai des détails…


Etape 4 – Quid des outils d’apprentissage ?


J’ai acheté un livre ! Un seul petit bouquin, enfin, gros bouquin : « Passez votre C.A.P Pâtissier avec nous » publié par Michel et Augustin. J’ai vraiment fouiné, partout pour voir ce que disent les gens sur ces livres, et même si ce dernier a parfois été critiqué pour plein de choses (notamment le fait que les étapes ne soient pas toujours bien montrées, ce que je n’ai pas trouvé handicapant !), j’ai vraiment bien bossé grâce à lui et je n’ai pas peur de dire ce livre m’a véritablement aidé à saisir les bases essentielles, ce qui est en fait la choses principale à apprendre pour réaliser tout type de pâtisserie ! Donc, moi, je le recommande surtout que j’ai d’autres outils qui ont vraiment appuyé tout ça de façon efficace. 


Internet a donc été ma principale source pour avancer dans ma formation. Je vais vous donner les blogs et sites qui m’ont vraiment été d’une grande aide :

Pâtissier-libre.com : Le meilleur selon moi ! C’est une véritable mine de conseils qui vous accompagneront depuis le « pourquoi se lancer ? », en passant par l’aide dans l’inscription (c’est ultra détaillé, vous ne pourrez pas vous planter !), les conseils pour se procurer les ustensiles… Bref, ils vous accompagnent dans tout le processus et franchement, on se sent moins paumé quand on ne connait personne qui peut vous aider !

Ils proposent une formation payante, il me semble, avec les recettes à connaitre, des aides pour les révisions théoriques… Mais je n’en ai vraiment pas eu besoin !

Camille.patisserie.com : ce blog a été mis en place par une jeune femme qui a passé son C.A.P en candidat libre. Elle y partage des recettes, pas que C.A.P, mais la catégorie réservée à l’examen est top. On y trouve des astuces pour s’organiser, son parcours, son retour d’examen, des recettes… Bref, ça fait du bien de lire les mots d’une personne qui l’a fait ! Et je me suis vraiment retrouvée dans ses articles, c’est pour ça que je vous parle de ce blog en particulier. Bien entendu, en tapant « C.A.P Pâtissier en candidat libre » sur votre moteur de recherche, vous en trouverez plein d’autres, n’hésitez pas, d’ailleurs !

Jepassemoncappatissier.com : C’est le site 750g qui est très connu qui propose également un peu comme « Michel et Augustin » d’accompagner les candidats libres. Il existe aussi un gros livre de recettes mais pour moi, il n’était pas utile d’avoir mille livres ! J’ai utilisé donc le site internet qui va avec leur ouvrage et il est ULTRA pratique, en particulier pour les épreuves théoriques ! On en reparle plus loin, mais ce site, gardez-le sous le coude ! 


Après, j’ai cherché dans les recoins d’internet pour trouver des astuces. Il m’est souvent arrivé de taper des trucs du genre « Ma brioche ne pousse pas », « mes croissants ont des fuites de beurre au four ». Et j’ai toujours trouvé la solution !

Concernant les « tours de main » comme je dis, j’ai utilisé pas mal de vidéos sur YouTube :

La chaine de l’EISF (Ecole Internationale du Savoir-faire Français) qui propose quelques vidéos pour aider les candidats libres à gérer certaines techniques. Il n’y a pas tout mais les vidéos sont bien faites et elles aident beaucoup !

Le CFA de Blois a également une chouette chaine YouTube qui proposent des recettes, plutôt tournée vers la boulangerie. Mais, n’oublions pas que dans le C.A.P Pâtissier, la brioche et les viennoiseries s’invitent au programme et que du coup, ça nous sera utile de voir des profs expliquer ou même des élèves pratiquer (et faire des erreurs parfois qui sont corrigées par les profs !).

Et encore une fois, tapez ce que vous recherchez directement sur YouTube, il y a de forte chance qu’un professionnel ai tenté sa chance et vous montre ce que vous voulez. Ou que les excellents Youtubeurs FOOD vous montrent comment ils s’en sortent ! Sachez que, même si votre technique n’est pas EXACTEMENT la même que les étudiants qui vous accompagneront lors de l’examen, ce ne sera pas éliminatoire !

Exemple : je devais faire une génoise au chocolat pendant mon examen. Je connais la technique au bain-marie, comme beaucoup. Sauf que, dans le livre de Michel et Augustin, ils la montent à froid ! Au robot, et ça fait le même effet, vraiment ! Du coup, je n’ai jamais fait mes génoises au bain-marie, par gain de temps, principalement !

Le jour de l’examen, donc, je me lance dans ma génoise, sans casserole. Ils sont tous autour des feux et moi, mon robot tourne. Un membre du jury vient me voir et me demande ce que je boutique. Je lui ai expliqué que je préfère faire une génoise à froid, que j’ai testé les deux techniques et que celle-ci me permets de gagner du temps sur le reste de mes préparations. Je l’ai senti sceptique. Ma génoise avait bien monté au robot, j’étais hyper contente. En sortant de cuisson, je démoule, le juré vient voir ce que je fais (je le soupçonne de ne pas avoir cru à ma technique !) et il a constaté qu’effectivement ma génoise était très belle !
On nous apprend des techniques, certes, mais vous pensez bien que les apprentis qui apprennent au CFA et ensuite chez leur patron auront des techniques différentes pour certaines choses. Certains ajoutent de la gélatine partout, d’autre du beurre là où on n’en a pas besoin… On dit que la pâtisserie est une science exacte, c’est vrai pour certaines recettes mais parfois, ce n’est pas le cas. Notamment dans les tours de main ! N’ayez donc crainte, si vous réussissez votre recette, c’est que votre technique n’est pas la pire !


Etape 5 : Le matériel


Voilà un point essentiel ! Ne pensez pas que, vu que vous faites des petits gâteaux chez vous, vous avez tout à portée de main. J’ai découvert des ustensiles de cuisine, moi, pendant ce C.A.P. !

J’ai suivi la liste qui était donné dans le livre de Michel et Augustin, elle est complète et englobe vraiment ce dont vous aurez besoin. Et puis même si, on reçoit la liste du matériel que le centre d’examen accepte, ce n’est pas avant mi-décembre… Autant dire qu’il vaut mieux que vous vous y soyez mis plus tôt ! Ça risque d’être la course après !

Je ne vais pas vous donner la liste précise du matériel que j’ai acheté, ce serait inutile selon moi, on la trouve partout ! En revanche, c’est en termes de coût que ça peut vous intéresser.

Il existe des mallettes toutes prêtes, avec ce que le pâtissier apprenti doit avoir. Ça coûte entre 200€ et 300€, de mémoire, c’est un gain de temps et d’argent, je pense au final. Après, je n’ai pas fait ce choix, parce que les ustensiles sont déjà englobés dans la valise et j’ai bien aimé tenir mes couteaux, mes spatules… avant de les acheter. Pour être certaine d’être à l’aise. Alors moi, j’ai constitué ma valisette de A à Z ! 


Je n’ai pas fait original, la majorité des éléments viennent de IKEA, qui reste quand même intéressant en rapport qualité/prix. Mes couteaux, je les adore, je les avais d’ailleurs apportés avec moi (au CFA de Joué-lès-Tours, on nous prête TOUT le matériel, le jour de l’examen, c’est une VRAIE chance !) pour me sentir plus en confiance ! J’ai aussi trouvé pas mal de choses à Auchan (mes cercles à pâtisser, notamment, qui sont vraiment top et qui tiennent bien dans le temps !). J’ai commandé quelques éléments sur Amazon, pour le prix qui était moins élevé pour des ustensiles plus spécifiques.

J’ai découvert également les magasins qui vendent à la fois aux pro et aux particuliers. Aux alentours de Tours, il y en a deux : Le Fournil Tourangeau à Fondettes et DGF Touraine à La Riche. Perso, étant à Tours Nord, je me suis plutôt tournée vers le Fournil Tourangeau où j’ai trouvé des pépites à des prix vraiment intéressants : les exoglass, les cornes, les cercles à tartes et entremets… J’ai aussi trouvé un peu de matière première à des prix bien plus intéressants que à Zodio (où je me fournissais au départ quand je ne trouvais pas en grande surface !). Ils ont une petite boutique physique, où il y a quelques produits. Vous pouvez également passer commande sans problème, ils m’ont donné le catalogue, si besoin ! Etant donné que nous sommes considérés comme particuliers, on ajoute bien sûr la TVA aux prix proposés mais vraiment, ça reste hyper intéressant ! [Info, si vous avez besoin de dragées ou de déco pour mariage et baptême, faites-y un tour, vous pourriez trouver votre bonheur !]

J’ai cependant eu deux gros points de dépenses, un peu à mes dépens : un nouveau robot et un nouveau four. Le premier était un robot bas de gamme qui m’a lâché au bout de ma première pâte à brioche. Et mon four était un mini four d’appoint, qui marchait très bien mais pour faire des fournées de croissants, c’était compliqué. Mon cadeau de Noël a donc été un robot (j’ai choisi le KMix, celui-ci, qui rapport qualité-prix est top !) et pour le four, étant locataire d’un appartement n’ayant pas de vraie cuisine, j’ai trouvé un immense four via amazon, sur pied. Ca été top ! 

Edit : Pour l'espace exigu, ça n'a jamais été un soucis en soi. Il a fallu revoir un peu l'organisation pour que ma table devienne le prolongement de mon plan de travail. J'avais fait un article sur comment j'ai agencé ma petite cuisine, il y a quelques mois, n'hésitez pas à le consulter, vous verrez par ailleurs mon four et mon robot !


Je ne saurais pas vous dire exactement, pour combien j’en ai eu dans mon petit matériel. Je pense approximativement que c’était autant que la mallette toute-prête, mais j’ai pu gérer mes outils et c’était important pour moi ! Ça prend du temps, et ça coûte des sous, oui !

C’est un des points importants à prendre en considération. Quand on se lance, on n’a pas d’aide particulière, on doit TOUT acheter et forcément, on peut se mettre en difficulté. Perso, j’ai échelonné. Je n’avais pas tout mon matériel dès le départ, j’ai fait au fur et à mesure pendant les trois premiers mois de « formation ». Et en Janvier, j’avais tout et j’étais prête à avancer dans des préparations plus complexes où le matériel était indispensable.

Pour les matières premières, j’ai beaucoup acheté en grande surface. Je n’ai pas toujours acheté du bio, mais j’essayais quand même d’avoir des produits qui étaient de bonne qualité. Surtout que je faisais goûter mes préparations par la suite et ce n’était pas concevable pour moi de faire n’importe quoi ! Pour la farine, le sucre, le beurre, les œufs, pas de soucis… Lorsqu’il fallait des choses plus précises du type, pâte de praliné, sucre en grain, pâte d’amande, pâte à sucre, fondant pâtissier… Là, j’allais soit chez Zodio (mais ça me coutait un certain prix !) soit au Fournil Tourangeau (où c’était bien plus intéressant !). Encore une fois, impossible de vous dire combien tout ça m’a couté au final, mais c’est un budget assez important. Quand je pâtissais non-stop les deux derniers mois de formation, j’en avais à peu près pour une vingtaine d’euro chaque semaine, en fonction des recettes… Calculez…


Etape 6 – La préparation à l’examen et le Grand Jour


Pour ma préparation à l’examen, je m’y suis mise en septembre 2018. J’ai acheté mon livre à ce moment, et j’ai suivi ce qu’on m’a dit. Le truc cool avec ce guide de Michel et Augustin, c’est que le planning est déjà fait pour vous ! Aubaine pour mon sens de l’organisation et moi-même

A vrai dire, on vous explique qu’il ne sert à rien de démarrer trop rapidement. Sachez vos bases avant de faire une forêt noire. En gros, j’ai appris mes bases pour terminer ma formation, les deux derniers mois, sur des grosses pièces types mille-feuille, saint honoré… Mais c’est comme pour tout en fait, demandez à un enfant de première section de maternelle de lire Kant, il va vous… Bah vous regarder silencieusement ! C’est la même ! Ne mettez pas la charrue avant les bœufs, vraiment… Revoyez vos bases, maîtrisez-les et après, envolez-vous !

Pour la partie théorique, c’est vraiment ça qui m’a fait le plus flipper… En gros, tu retournes à l’école mais tu n’as pas de prof. Et entre nous, je n’ai JAMAIS fait ça ! Être autodidacte, je l’ai fait pour plein de choses mais en mode manuel, pas en mode « je dois retenir des choses ! ». 


J’ai mis du temps à m’y mettre, je l’avoue ! J’ai commencé par me dire que si je m’y prenais trop tôt, j’allais oublier. Après, c’est chacun son approche pédagogique, pour moi, c’était vrai ! En commençant à apprendre/réviser vers mars/avril, c’était largement bon !

En gros, les révisions se répartissent en trois « matières » liées à la pâtisserie : technologie professionnelle (de quoi sont composées les matières premières que vous utilisez, comment elles fonctionnent…), science de l’alimentation (règles d’hygiène, prévention, constitution des aliments…) et environnement professionnel (comment fonctionne une entreprise, au sens large). Plus, une matière qui résonne au doux nom de « Prévention Santé Environnement » qui est plus généraliste et qui traite de bah prévention, santé et environnement.

Je n’ai JAMAIS acheté un livre pour ces révisions. J’ai téléchargé toutes les fiches mises à disposition par le site de 750g dédié au C.A.P, pour la partie « Approvisionnement et gestion des stocks ». Ça m’a largement suffit ! En fait, j’ai principalement fait des sujets corrigés. On peut en trouver partout, même si, entre nous, j’ai fait de la spéléologie pour en trouver des corrigés, justement. Vous pourrez en trouver ici, ici, et ici. Mais n’hésitez pas à chercher sur vos moteurs de recherche, vous devriez trouver de quoi faire. Et vraiment, je n’ai fait que ça pendant un mois avant l’examen et entre nous, j’ai une très bonne note à l’écrit !

Pour le PSE, vous trouverez des cours ici, ici et ici. Pour les sujets corrigés, les liens ci-dessus sont valides aussi !

Si vous voulez être plus « carrés » sur les révisions, il existe des manuels scolaires, notamment via Amazon, qui coûtent aux alentours de 15€. Il y a des fiches de révisions et des exercices mais encore une fois, je n’en ai pas eu le besoin ! 


L’examen pratique en lui-même se déroule sur une journée de 7h.
Vous aurez 4 préparations à sortir qui suivent en fait, les 4 grandes catégories de pâtisserie à connaitre et à étudier pendant votre année :

- 1 préparation type Entremet,
- 1 préparation type Tarte,
- 1 préparation à base de pâte à choux ou de pâte feuilletée (c'est l'une ou l'autre !),
- 1 préparation à base de pâte à brioche ou de pâte levée feuilletée (c'est l'une ou l'autre également !).

En gros, la première heure est réservée au nettoyage du plan de travail/des ustensiles (30 minutes), à la prise de connaissance des sujets avec le prof référent à la session d'examen (qui vous donnera des indications et les erreurs s'il y en a !) et à ce qu'on appelle l'ordonnancement (30 minutes), la feuille qui vous servira de guide/planning pour votre journée de pâtisserie. Elle sera faite au tout début et rendue aux jury. Ils vous feront une copie pour que vous ayez votre guide, par la suite.

Vous aurez également 2 minis oraux, inclus dans le reste de la journée de 15 minutes, chacun (plus rapide, si vous répondez bien aux questions !) : un sur la technologie de la pâtisserie et un sur la science de la pâtisserie. En gros, ce que vous aurez fait à l'écrit, vous sera demandé à l'oral. Quand vous aurez un temps libre, le matin, vous pourrez appeler les jurés qui gèrent ces parties, ils vous poseront quelques questions en rapport avec les préparations de la journée. Exemple : quelles sont les zones de sécurité de votre robot à pâtisser ? Pourquoi utilise-t-on du marbre ou de l'inox en laboratoire ? Pourquoi y a-t-il la terre sur les prises électriques... Pour la partie plutôt technologie. Et pour la biologie, ce sera plutôt décrivez-moi les étapes de la recette des choux. Et ils vous demanderont d'expliquer certaines réactions du genre, pourquoi le chou pousse au four, comment est composé un œuf...

Pour les pâtisseries, ce qu’on appelle « entremet » aura un thème qui lui sera attribué. Il aura fait partie de la fameuse liste dont je parle un peu plus haut dans cet article, reçue vers décembre/janvier. En gros, on vous donne la chance de vous entraîner sur les trois sujets pendant votre formation, pour que le jour de l’examen, vous ne perdiez pas votre temps à savoir quoi pondre. Rassurez-vous, encore une fois !

Exemple : J’ai commencé à bosser ma décoration 3 semaine avant le CAP. Je m’étais entraînée à la décoration au cornet et à la pâte à sucre/amande tout au long de l’année, bien entendu, mais j’ai trouvé des idées sur les sujets, seulement quelques semaines avant.

Je suis tombée sur « L’année du Japon » que j’avais plus bossé que les autres. Mon idée de départ c’était : une branche de cerisier au cornet, avec Japon écrit au cornet et quelques fleurs de cerisier à la pâte d’amande rose.

A savoir qu’on vous obligera à écrire au cornet sur votre gâteau, donc là, faut gérer ! Quand j’ai vu ce que faisaient les autres autour de moi… J’ai failli chialer ! Des sculptures en chocolat et en sucre, ils bossaient avec des sèche-cheveux. Ils faisaient des dessins de folie… Moi, ma déco m’a pris 15 minutes, j’ai utilisé un chocolat blanc de couverture déjà fondu, des morceaux de framboises fraîches pour faire mes fleurs de cerisiers, et basta…

Et bah, véridique, un membre du jury m’a dit que c’était très joli et largement suffisant ! Encore une fois, je pense qu’en tant que candidat libre, on ne cherche pas forcément à avoir 18 à la pratique. Le fait d’être là, prouve qu’on se surpasse et qu’on en veut. Alors soyez réaliste avec vous-même. Préparez vos décors au mieux, simplement, faites un truc propre, et adaptez aussi avec les matières premières que vous aurez le jour J… ça devrait bien se passer tant que ça répond au sujet et que c’est réalisé proprement !
Je crois que je vais m’arrêter ici. J'entrerai dans les détails des notations de l'examen dans le prochaine article, ce sera plus simple !

C’est déjà beaucoup d’informations, que j’ai balancé en bloc mais je ne voyais pas d’autre solution pour vous raconter tout ça. Une chose est certaine, c’est qu’il faut de la motivation ! On peut avoir peur et penser que ça va être dur, mais ne pas se démotiver pour autant ! Quand on veut, on peut… Je vous raconterai mon examen, dans le prochain article pour vous expliquer comme il se déroule, globalement. Et vous raconter mes péripéties, parce qu’il y en a eu quelques-unes…

Si vous avez des questions, n’hésitez pas ! J’y répondrai avec grand plaisir…
On se retrouve la semaine prochaine pour un nouvel article !

Enregistrer un commentaire