Chassons la déprime saisonnière !


J’avais prévu un autre début d’article. Finalement, je vais vous raconter une petite histoire qui m’est arrivée ce matin, qui est un parfait exemple du sujet du jour ! Si vous me suivez sur Instagram, vous êtes déjà au courant, mais je suis certaine que ça vous fera sourire, encore !


Comme tous les matins, je dépose mon fils chez ma sœur. Je rentre donc chez moi pour bosser (écrire un article en l’occurrence !) et depuis qu’on doit faire attention au kilométrage de notre voiture, je prends le centre-ville, c’est plus long en termes de temps mais plus court en termes de kilomètres. Bref !

En centre-ville, on conduit à 30 et forcément, il y a des vélos et des piétons. Mais moi, ça ne me dérange pas. Alors, je respecte les limitations de vitesse et je laisse passer les piétons quand c’est à leur tour de passer ! Normal…

Bah pas pour tout le monde, j’ai « subi » des dizaines de coups de klaxons, des mains en l’air dans la voiture de derrière en mode « pas content » parce que j’ai fait ce qu’il fallait faire. La cerise sur le gâteau étant les trois piétons que j’ai laissé passer : seul un m’a fait un signe et m’a remercié, les deux autres m’ont fusillé du regard comme si j’avais fait une bêtise de les laisser traverser !

Bon… Y a plus grave, je l’admets ! Mais c’est fou comme cette situation décrit parfaitement cette « Dépression Saisonnière ». Je pense qu’elle touche un grand nombre d’entre nous et ça nous tombe dessus, un peu comme ça…

Même moi je n’y échappe pas !

Depuis une semaine, je vis au total ralenti et je me sens assez triste. Le problème, c’est que cette sensation, je la déteste. Vraiment ! Parce qu’elle me ramène à des moments de vie que je ne voudrais plus revivre. Parce que j’ai toujours fait en sorte de m’en sortir par mes propres moyens, sans passer par la case « médocs » et que j’aimerais bien que ça continue.
En fait, à cette période de l’année, je suis souvent comme ça. Peut-être pas au bord de la dépression, qui n’est pas à prendre à la légère, mais bien dans un état de déprime. Au début, je me suis dit que c’était dans ma tête.


Et puis, il y a eu l’histoire du « rhume » qui m’a couché et qui m’a vraiment fait mal. Le Mari qui est parti quelques jours avec son travail et même si j’ai eu l’appui de ma sœur, c’était un nouveau rythme que je n’ai jamais eu à prendre et qui a cassé la routine de tout le monde à la maison. Victor qui est dans une phase un peu complexe à gérer où l’enfant veut tout faire tout seul, mais il n’est pas encore sûr de lui à 100% et donc, il chouine pas mal. Le linge qui déborde, mes housses de coussins qui sont introuvables, mes réseaux sociaux qui se cassent la gueule, mon blog aussi, mes fringues qui ne me plaisent plus…

(Vous remarquez que j’ai quand même trié par ordre d’importance, je ne voudrais pas faire croire que le fait de ne pas avoir trouvé LA robe de mes rêves ou de découvrir que les vestes en jeans ne me vont pas pourraient me faire pleurer… Quoi que !)

Alors, j’ai fait quelques recherches. 

Je suis assez fan de recherches. Je recherche tout, tout le temps. Si quelqu’un autour de moi, se pose une question et que personne n’a la réponse (ou l’a mais que j’ai besoin de m’assurer que c’est vrai !), je dégaine mon téléphone et merci Wikipédia et autre sites internet qui me permettent de répondre à mes questions.

Du coup, j’ai tapé sur Google :
« Dépression Automne » 
Et je suis tombée sur mille articles concernant la dépression saisonnière !

BAM ! Ça existe, je ne suis pas totalement « ouf » et je suis certaine que ces mots vont soulager pas mal de personnes qui ne comprennent pourquoi, alors que finalement la rentrée c’était y a pas si longtemps, ça nous tombe dessus, comme ça, sans crier gare !


C’est quoi ce truc de « dépression saisonnière » ?

Alors d’abord, ils utilisent le terme de dépression, moi, j’aurais tendance à l’alléger en expliquant qu’il peut y avoir plusieurs niveaux notamment en fonction de votre réceptivité à tout ça.

Il y a d’abord les symptômes (cochez la/les case(s) correspondante(s)) :

  • Fatigue permanente,
  • Baisse de l’attention,
  • Anxiété, crises d’angoisse,
  • Irritabilité,
  • Compulsion alimentaire, essentiellement pour le sucré,
  • Trouble du sommeil,
  • Prise ou perte de poids, 
  • Perte d’intérêt pour les choses qui vous intéressent habituellement.

Bref, perso, j’ai tout ça en même temps, sans exception, je pense donc être en plein dedans.

Je n’ai pas la science infuse, j’ai trouvé dans mes recherches des astuces pleines de bon sens que je connaissais pour la plupart mais pas toutes. En ayant testé quelques-unes depuis quelques jours (oui, oui seulement quelques jours !) et voyant que ça va déjà bien mieux, j’avais envie de partager tout ça avec vous !


ASTUCE 1 – La lumière est ton ami ! 

Ça, c’est un peu LE truc que tout le monde sait, et dont on se doute. Mais c’est toujours bon de le redire !

Disons qu’il y a encore un mois, on buvait nos limonades en terrasse à 21h30/22H mais que là, c’est toujours possible avec des spots lumineux pour qu’on puisse se voir convenablement. La nuit arrive tellement vite en fin de journée que forcément notre quota de soleil, il est amputé. Et, ça ne va pas s’arranger, en plus… Du coup, notre cerveau, il ne sécrète plus autant de sérotonine (parfois appelée hormone du bonheur !) que ce qu’on a pu avoir il y a seulement quelques semaines. Forcément, ça nous fait tomber un peu dans la déprime ! C’est physique, c’est comme ça et on n’y peut pas grand-chose…

Pourtant de la lumière, finalement, y en a quand même ! On ne vit pas à Miami certes, mais globalement, on a quand même quelques belles journées ensoleillées en automne et il ne faut donc pas hésiter à sortir se balader, bien couvert (pour éviter le rhume !) même s’il fait frais/froid. En ce moment, les forêts sont magnifiques, on va pouvoir commencer à ramasser les châtaignes (je dis ça, mais je ne le fais pas !), les balades en bord de lac font un bien fou et si vous avez la mer à disposition, c’est encore mieux !

Je pourrais vous parler de la « Luxthérapie », qui est reconnue pour son efficacité. C’est en fait une lumière blanche qui reproduit les effets positifs que le soleil a sur nous. On fait des cures quotidiennes et on se sent mieux. Mais, ça coûte cher et personnellement, n’ayant ni testé et ne pouvant pas me le permettre, je vous conseille de rechercher des infos si vous être curieux !


ASTUCE 2 – Ne cours pas chez ton médecin ! 

Alors, tu peux le faire si tu sais que ton médecin, il est cool et qu’il ne va pas te refiler des tonnes de médoc qui ne servent à rien. Oui, j’ose ! Prendre trop de médicaments, c’est parfois comme crier au loup. Enfin, c’est ce que je pense !

Bref, même si je vais parler dans mon astuce 3 de plantes, je pense aussi qu’avant de prendre des trucs en plus, on peut déjà essayer d’arranger ce qu’on consomme tous les jours. C’est aussi un peu enfoncer une porte ouverte depuis mille ans ! Mais je verrais les choses peut-être de façon, un peu différente...


Quand j’étais enceinte, ma sage-femme m’a dit de faire très attention vers le 5e mois, parce que j’avais pris pas mal de poids et que ma courbe n’était pas ouf ! Et puis, un jour, j’en ai eu plus que marre de ne pas craquer aux impulsions que mon corps me faisait ressentir. Croyez-moi ou non, en faisant quand même en sorte de ne pas m’enfiler des pâtisseries tous les jours, j’ai plus écouté mes besoins et même s’ils semblaient étranges (les sandwiches fromage à tartiner/cornichons), je savais qu’ils allaient combler mes envies, donc calmer mes fringales et ma morosité qui était liée (et je n’ai pas pris plus de poids pour autant !).

Et bien j’ai continué à le faire, après mon accouchement et encore aujourd’hui. Je ne suis pas en train de vous dire que c’est la solution miracle et qu’il faut à tout prix se goinfrer de façon irraisonnée mais parfois, quand ça ne va pas, je pense qu’un gros croissant aux amandes (perso, c’est mon kiff, mais remplacez par ce que vous voudrez !), ça n’arrange pas tout mais ça fait du bien !

A côté de ça, il faut quand même se dire qu’une bonne alimentation et un peu d’activité physique peut aussi régler pas mal de soucis de moral dans les chaussettes. Et que certains aliments/plantes peuvent largement combler certains manques, avant de nous jeter sur les compléments alimentaires voire les médicaments un peu mystérieux...


ASTUCE 3 – Deviens un lapin et manges des plantes !

Bon, là, j’exagère un peu mais effectivement, il m’a suffi de quelques visites chez une naturopathe et de changer de sage-femme, pour comprendre que j’avais loupé un épisode avec les plantes.

Clairement, même si je suis convaincue que pour certains bobos c’est ultra efficace, je sais aussi que ça ne règle pas forcément les choses miraculeusement (malheureusement !). Mais, dans cet article, on cadre exclusivement sur ce souci de « dépression saisonnière » et il se peut quand-même que quelques plantes fassent vraiment du bien.

[DISCLAIMER : On y croit ou pas. Je ne suis pas en train de vous dire que j’ai raison, que j’ai trouvé une solution miracle qui va arranger tous les problèmes. Je partage avec vous, ce que j’ai trouvé et qui a un impact positif sur moi. Peut-être que cela reste totalement psychologique, certains utiliseront le terme « placebo », mais ce que je consomme n’est pas mauvais pour ma santé, je me suis renseignée et je ne risque rien à prendre ce que je prends et je me sens mieux ! Alors même si c’est « juste dans ma tête » bah ça fonctionne pour moi et tant mieux ! Autre point important, il est reconnu que certaines plantes ont des principes actifs qui peuvent être en « conflit » avec certains traitements médicamenteux. Du coup, faites quand même attention quand vous vous lancez dans l’auto médicamentation à base de plantes, surtout si vous suivez un traitement ! Demandez conseil à votre médecin ou pharmacien !]

Le thé vert !

C’est en particulier la L-théanine contenu dans le thé vert qui nous intéresse. C’est un acide aminé qui favorise la sensation de détente et de bien-être. Il réduit aussi considérablement la sensation de fatigue, permet d’être plus attentif et de mieux se concentrer. Et quand on est dans une période de mal-être où on se sent débordé, où on ne sait plus trop comment gérer son stress… Avouons que boire un peu de thé vert, ça reste quand même assez cool !


Alors pourquoi s’en priver, aujourd’hui, un bon thé vert bio ne coûte pas si cher que ça. On remplace quelques-uns des cafés de la journée par des tasses de thé et hop, c’est parti mon Kiki ! On peut même se faire plaisir avec un bon latte matcha, par exemple. Bref, gourmandise et bien-être, moi, je prends.

Les vitamines, oui, mais naturelles ! 

Il existe toute une tripotée de gélules qu’on peut trouver directement dans n’importe quelle pharmacie, supermarché… Mais franchement, pour en avoir testé plusieurs, je n’ai jamais eu un effet véritablement probant. Et en plus, en termes de compo, bof !

L’an passé, ma sage-femme lors de mon dernier contrôle s’était aperçue de mon manque de vitalité. Je lui ai parlé de mes soucis de tristesse, de mon gros coup de mou et elle m’a conseillé une petite cure de vitamines parce que souvent, c’est la raison pour laquelle on n’est pas très en forme.

Elle m’a conseillé d’aller en magasin bio pour acheter une bouteille de Floradix. Elle avait pu constater chez ses patientes un véritable résultat sur leurs carences. Pour tout vous dire, ça a également été constaté sur mes résultats sanguins et plusieurs pharmaciens m’ont dit que j’avais raison de me tourner vers ce produit qui était vraiment très bon à tout point de vue !


Il existe une formule spéciale pour les « coups de mou et problème de sommeil » mais personnellement, je me tourne toujours vers la formule « basique » qui inclut toutes les vitamines que les médecins nous prescrivent quand on vient les voir pour cette « dépression saisonnière ». Ici, du fer et les vitamines du groupe B + de la vitamine C. En une semaine, véridique, j’ai ressenti une différence folle ! Je ne suis pas sponso pour vous donner cette marque mais vraiment pour en avoir eu des retours assez nombreux, je n’ai eu que des positifs !

Je me suis sentie plus vive et moins « raplapla ». J’avais retrouvé l’envie de cuisiner, de m’occuper de moi, de sortir… Bref, c’est devenu une habitude pour moi. Dès que je ressens un coup de mou au changement de saison, je me fais une cure de Floradix et hop, c’est reparti !


Les fleurs de Bach… Pas taper, sur moi, ça marche ! 

Je n’aime pas trop parler de ces traitements naturels parce que je sais qu’ils peuvent rapidement faire débat. Pourtant, comme je le disais plus haut, si je parle de tout ça dans cet article, c’est que clairement, j’ai ressenti des effets positifs sur moi.


Il y a pleins d’autres plantes que la naturopathe m’avait prescrites et qui ne m’ont jamais RIEN fait ! En revanche, les fleurs de Bach, ça été un peu la révélation, comme pour le Floradix. Quand je les ai découvert, au début de mes crises d’angoisses quand je vivais à Lille, les pastilles m’ont fait beaucoup de bien. Peut-être, encore une fois, que je me suis accrochée à ce « traitement » et que par conséquent, il m’a fait du bien. Mais, ça a tellement bien marché sur les grosses crises qui étaient habituellement difficiles à calmer qu’aujourd’hui, j’en ai toujours une boite à la maison/dans mon sac pour les cas de force majeur.

Et en ce moment, dès que je sens l’angoisse monter, hop, je prends une pastille et l’effet arrive petit à petit et me rend bien plus sereine. Pour certains, les pastilles ne fonctionnent pas, ils préfèrent les gouttes. Je n’ai jamais testé mais demandez à votre pharmacien qui devrait en vendre ou parfois même dans vos boutiques bio.

Il existe plusieurs mélanges et plusieurs marques, en fonction de ce que dont vous avez besoin. N’hésitez pas à fouiner sur internet, tout est très bien expliqué. Les prix varient, les compositions aussi. Faites attention également, à certains mélanges qui contiennent de l’alcool, ce serait dommage, notamment pour les femmes enceintes ou les enfants !


ASTUCE 4 – Prenez soin de vous !

Et je ne dis pas ça que pour les femmes. Je pense aux hommes, également !

On a tous notre propre façon de prendre soin de nous. Un bon livre et un chocolat chaud, un masque de beauté et un bain, une balade en forêt, un restaurant en amoureux ou en famille, un jeu de société… Bref, y a plein de trucs à faire, même rapides qui peuvent vous soulager un peu, voire beaucoup !

Personnellement, je sais que ce n’est pas hyper écolo, mea culpa, mais un bon bain chaud, un livre et un masque qui pose et je me sens déjà bien mieux. Mais ce n’est pas tous les jours et quand les idées sombres persistent, on ne va pas passer les fesses éternellement dans l'eau.


Mon truc à moi, c’est simplement bien me nettoyer la peau le matin ! Même rapidement, ça doit me prendre 5 minutes : bien laver mon visage avec une eau micellaire (ou eau florale, en fonction), une goutte de contour des yeux, une goutte de sérum sur l’ensemble du visage, une goutte de crème hydratante et matifiante pour la zone T, une couche de baume à lèvres protecteur et un pschitt de parfum ! C’est tout… Je me sens fraiche et si je trouve que j’ai un peu mauvaise mine, je mets une pointe de rouge à lèvres (pas forcément très voyant, ça dépend !).

Ce n’est pas grand-chose et quand je me regarde dans le miroir, j’ai envie de sourire. Et franchement, quand on n’est pas en grande forme morale, se sourire, c’est déjà un grand pas !


ASTUCE 5 – Ecoutez-vous !

C’est facile à dire et moins à faire.

Je suis d’ailleurs assez mal placée pour vous donner ce conseil que j’applique une fois tous les 36 du mois. Et je suis assez nouille de ne pas le faire plus souvent !

Si un truc nous rend triste, si on se sent un peu mou, si on a la sensation d’être déprimé, c’est qu’il y a forcément un facteur qui nous tire vers le bas.

J’y ai réfléchi pas plus tard qu’hier matin. Juste avant de me dire que je devais écrire cet article ! Bah, oui, en ce moment, ce n’est pas simple ! Je n’arrive pas à faire tourner la maison comme je le voudrais, par manque de temps. Je m’en veux de ne pas gérer mes journées alors que je ne travaille plus depuis plusieurs mois. Victor est parfois assez usant. J’ai peur des projets que je lance, que ça ne fonctionne pas, que je n’y arrive pas. Je suis triste de ne pas avoir beaucoup de retours par rapport à mon blog ou mes réseaux sociaux, que je considère comme un exercice d’entrainement, pour mes projets futurs. J’en ai marre de faire à manger. J’aimerais plus sortir, mais c’est compliqué pour tout un tas de raison perso. J’ai eu quelques craintes concernant ma santé. On arrive dans une période où des souvenirs douloureux remontent…

Je pourrais vous en dire d’autres. On pourrait aussi penser que ce ne sont pas des problèmes graves et qu’ils ne devraient pas me toucher autant. Pourtant, c’est le cas ! Et je ne peux pas toujours aller à l’encontre de ces trucs qui m’encombrent l’esprit. Alors, j’ai besoin d’aide pour m’en sortir, j’ai trouvé les plantes, la relaxation, l’alimentation, le repos. Et tout ça mélangé, je crois que ça m’aide pas mal. Mais c’est parce que, je me suis écoutée, que je sais où sont les problèmes (petits ou gros). Je dois juste accepter cette période de « #PasTrécoule » dans mon quotidien. Et hop, repartir !


Je ne sais pas si cet article pourra aider certains d’entre vous.

En tout cas, moi, j’essaye dans ma quête du #trécoule de faire en sorte de penser un peu plus à moi et de me sentir mieux dans mes baskets. Cette « dépression saisonnière », elle n’est pas que dans nos têtes. Elle existe mais on peut facilement lui tordre le cou.

Déjà, rien que le fait d’avoir trouvé ces articles concernant cette thématique. D’avoir lu tout ce qui était à faire. De le calquer à mon quotidien. De voir qu’en fait, ce que j’avais déjà mis en place depuis quelques mois était la bonne chose à faire. J’ai gagné deux jours de déprime en moins ! Prenez le temps d’y réfléchir, vous verrez, ce n’est rien du tout !

N’hésitez pas à réagir sur le blog, si vous avez des témoignages, des plantes, des produits naturels qui vous ont fait un bien fou, des techniques à partager avec nous. Ce serait cool de pouvoir en profiter tous ensemble.

A très bientôt !

You May Also Like

4 commentaires

  1. Merci Pauline pour cet article, tellement bien écrit et inspirant. Je me retrouve beaucoup dans ce que tu écris, et ai moi aussi du mal à savoir me "chouchouter" quand les pensées se font plus noires. Merci de nous rappeler ces petits plaisirs simples mais tellement essentiels.
    Bises
    Cécile

    RépondreSupprimer
  2. Merci Pauline, pour ton article. Je commente rarement les blogs, je sais c'est pas bien, car vous vous donnez du mal pour nous. Alors dorénavant je le ferai car j'ai compris grâce à toi, que vous avez besoin de nos retour, de nos encouragements. Continu comme tu es. Belle soirée.

    RépondreSupprimer
  3. C'est tout a fait moi ,comme beaucoup en ce moment ,merci pour cet article :)

    RépondreSupprimer
  4. Ce que tu dis me parle beaucoup! C'est pas bien la forme en ce moment, je vais essayer de suivre tes conseils, merci! :)

    RépondreSupprimer