jeudi 18 octobre 2018

Une année d'alimentation pour bébé


Un an d'alimentation pour bébé

Nourrir nos enfants, avouons que pendant pas mal de temps, c’est un de nos rôles principal.
Durant toute la durée de notre grossesse, par le cordon ombilical.
Dès les premières minutes après l’accouchement.
Au sein, au biberon, ils sont gloutons dès qu’ils sont à nos côtés.
Avec plus ou moins de difficulté, il faut quand même les nourrir.
En un an, j’ai constaté personnellement que ce n’est pas simple pour tout le monde...

J’ai reçu des messages, sur Instagram, principalement, de Mamans qui étaient perdues. De Mamans qui se posaient des questions. Sans paraître prétentieuse (parce que j’ai eu bien des milliers de craintes sur d’autres thématiques !), je n’ai jamais vécu l’alimentation de mon enfant comme quelque chose de difficile. J’ai rapidement fait confiance à Victor, à ses besoins.


J’avais déjà fait un article récap’, sur les six premiers mois de l’alimentation de bébé. Je vous propose de le (re)lire si vous le souhaitez. Je vais essayer, ici, de ne pas revenir sur ce que j’avais déjà évoqué. Mais je me suis également dit qu’avec le recul de cette première année, mon expérience pourrait peut-être rassurer ou guider des jeunes parents qui seraient un peu paumés. Ce qui est drôle, en comparant les deux, c’est qu’entre temps ma vie #trécoule a commencé et on le ressent beaucoup dans mes propos. C’est bien la preuve qu’on devient parent, doucement mais sûrement !

Je ne me proclame toujours pas spécialiste dans l’alimentation de l’enfant de 0 à 1 an. Je ne suis toujours pas nutritionniste (la preuve, le CAP Pâtissier !). Je ne dis toujours pas que ma façon de faire est la meilleure et magique.

D’ailleurs, commençons par ici !

[Si jamais la thématique ne vous intéresse pas forcément, mais que vous êtes intrigués par un très bel e-shop français que j'ai découvert, 100% pour les enfants avec pleins de trucs de créateurs... Rendez-vous tout à la fin de l'article ! GO !]


CHAQUE ENFANT EST UNIQUE !

C’est un point qu’on a tendance à zapper facilement quand on devient parent. Et c’est normal en fait. On nous dit tellement de chose qui nous font entrer dans des moules. Les femmes qui allaitent v/s celles qui ne le font pas. Les parents qui font du «fait-maison » v/s ceux qui donnent des petits pots. Ceux qui donnent du bio v/s ceux qui ne le font pas… Bref, j’en passe et des meilleurs !

Le problème là-dedans, c’est qu’au-delà de ces cases dans lesquelles on nous loge, on oublie un peu ce que notre enfant veut. J’ai déjà eu des retours de parents un peu sceptiques quand je dis (souvent) que j’écoute Victor. Il ne parle pas comme nous, certes, mais il s’exprime à sa façon. Et il l’a fait dès sa naissance ! Mais je ne l’ai pas compris tout de suite…


Si je prends mon expérience perso, comme exemple, durant les débuts de mon allaitement, j’ai eu toute une période où c’était compliqué. J’ai fait la bêtise d’écouter/lire beaucoup trop de choses. J’ai aussi voulu faire comme tout le monde, voir pléthore de médecins différents pour régler des problèmes qui finalement n’existaient pas. J’ai déréglé totalement notre routine d’allaitement et nous commencions doucement à perdre la sérénité du moment.

J’étais stressée, j’avais peur de ne pas assez le nourrir, je le sentais mal à l’aise.
De son côté, lui qui dormait bien s’est mis à se réveiller tout le temps. Il pleurait beaucoup. Demandait énormément le sein et moi, je ne fournissais plus assez…

Aujourd’hui, avec du recul, je pense sincèrement que si je m’étais écoutée dès le départ (mais comme beaucoup, j’étais dans un monde inconnu !), j’aurais allaité Victor bien plus longtemps comme j’aurais souhaité le faire.

C’est facile à dire, surtout quand c’est notre premier enfant. La conclusion, c’est ma sage-femme qui m’a dit : « C’est dommage que vous ne vous soyez pas plus fait confiance sur votre allaitement ! ». Et c’est bien ça le souci ! On ne se fait pas assez confiance… Mais, ça s’arrange avec le temps !


DOULOUREUX MAIS PARFOIS NÉCESSAIRE : LE SEVRAGE.

Alors oui, mon expérience aborde cette phase de sevrage puisque j’ai allaité mon fils. Pendant toute la durée de mon congé maternité puis un mois entier en allaitement mixte. Je ne vais pas revenir longuement dessus pour autant, puisque comme je vous le disais en début d’article, j’en ai déjà parlé sur le blog.

Mais si je devais ajouter quelque chose aujourd’hui, c’est : J’ai vraiment bien fait !


Ça été dur pour moi ! Seulement pour moi !
Je m’en rends compte aujourd’hui, Victor n’a jamais eu de répercussion négative sur ce sevrage, qui serait pour certains très « hâtif ». Loin de moi l’envie de lancer une polémique sur ce sujet qui est encore trop épineux, je trouve. Lâchons-nous les uns, les autres et laissons-nous nos choix sans critiquer son voisin, merci !

Quand j’ai fait le choix de l’allaitement mixte, les réflexions négatives ont commencé à pleuvoir. Et la première bonne réaction que j’ai eu pour l’alimentation de mon garçon, c’est de ne pas écouter ces remarques ! J’ai laissé parler les gens, ça ne m’a pas du tout touché et contrairement à l’allaitement, où je me suis sentie (trop) étouffée parfois, le fait de faire comme je veux nous permettait d’être totalement en phase et d’oublier le stress.

Du coup, encore une fois, même si c’est un peu comme enfoncer une porte ouverte, faites vos propres choix. J’avoue que je n’ai pas du tout écouter ma pédiatre sur le coup. J’avoue aussi ne pas avoir suivi tous les conseils de ma sage-femme. J’ai fait un gros Gloubiboulga (lève le doigt si t’as la réf. !) de tout ce qu’on m’a dit et Victor n’a plus jamais eu de soucis avec son alimentation au sein/biberon.


LA DIVERSIFICATION : ON ENTEND BEAUCOUP DE CHOSES AUJOURD’HUI !

Encore une fois, j’ai parlé plusieurs fois de la diversification alimentaire et je ne vais revenir sur ce que j’ai décidé de faire quand j’ai commencé à le nourrir en « solide ». N’hésitez pas à (re)lire les articles en cliquant sur ce LIEN !

En revanche, j’aimerai revenir sur une question que je vois de plus en plus sur Internet : à quel âge doit-on commencer les morceaux ?


Et comme beaucoup, je me la suis posée cette question !
On va faire un bond. Toujours en partant de mon expérience personnelle.
J’ai longtemps eu peur de donner des morceaux à Victor. Parce que nous avions tenté de lui donner des biscuits pour les goûters quand le régime alimentaire a évolué chez nous. Et ça se passait toujours assez mal !

Victor était assez maladroit, prenait de trop gros morceaux, avalait de travers. On a même eu assez peur plusieurs fois, pour tout vous avouer. Du coup, j’ai été très réticente à lui donner à manger « comme nous ».

Encore une fois, les travers des réseaux sociaux ont fait que j’ai culpabilisé. Je me suis dit que j’empêchais mon enfant d’évoluer. Je le privais de la découverte de l’alimentation solide. Bref, de belles âneries parce que je suivais des Mamans qui avaient fait le choix de la fameuse : DME (ou Diversification Menée par l’Enfant).


Très belle idée ! Vraiment, sincèrement, je trouve que le fait de laisser son enfant libre de découvrir la nourriture en morceaux, c’est top ! Pour ceux qui ne connaissent pas la notion de DME, c’est en gros le fait de ne pas passer par la case « cuillère » et purées très lisses dès le début de la diversification (environ vers 5/6 mois). Si votre enfant se tient bien, qu’il attrape bien les choses, on lui donne de très gros morceaux qu’il peut grignoter et ça stimule tout ce qui va lui permettre de manger en autonomie. Pas de crainte d’étouffement, puisque les morceaux sont assez gros pour qu’ils gèrent eux-mêmes et en principe, ils ont le réflexe d’éjection si un morceau est trop gros (vous savez, « ils tirent » au cœur, comme on dit !).

Pour autant, même si je trouve le concept génial, je me suis aussi rapidement dit que peut-être mon fils n’était pas prêt. Et que moi non plus. Très honnêtement, j’avais tellement peur que ça parte dans le « trou du dimanche » comme on dit chez moi, que ça ne me paniquait rien que d’y penser. Alors, j’ai préféré zappé ce principe de DME au départ, plutôt qu’un accident arrive !

CEPENDANT, JE NE L’AI PAS TOTALEMENT ANBANDONNE CETTE DME !

On a commencé vers 10 mois à lui donner des petits morceaux de pain. Pas en le forçant, mais juste parce qu’il nous les a réclamés. Encore une fois, j’ai écouté sa demande et on a tenté. On a été bluffé par l’aisance qu’il avait à manger son morceau de pain. Des petits bouts, même sans dents, il mâchait bien et il a terminé jusqu’à la dernière miette, sans problème. Certains enfants le font avant, d’autres plus tard. Autant vous dire que j’ai arrêté de comparer mon fils aux enfants des autres. Encore une fois, il est LUI et avance à SON rythme ! N’ayez pas peur non plus…

On a continué comme ça, à lui donner parfois des morceaux de légumes. Et puis, ça marchait très bien. On a juste eu un accident, le jour de son anniversaire, avec un biscuit. Mais, avec du recul, c’était le cadre du moment qui lui a fait faire n’importe quoi ! A partir de ses un an, je lui ai proposé une assiette complète, avec de gros morceaux de pommes de terre, de gros morceaux de carottes, un peu de purée grossièrement écrasée à la fourchette avec du poisson.


Une vraie réussite !
Il était heureux, il s’applaudissait à chaque bouchée qu’il portait à sa bouche.
Bref, on sentait que c’était le bon moment. S’il avait repoussé l’assiette ou s’il n’avait mangé que la purée, j’aurais laissé tomber les morceaux un moment pour réessayer plus tard. Pour le coup, je pense vraiment que de proposer les deux textures en même temps a été une bonne idée pour qu’il prenne confiance en lui. 

Pour conclure sur cette DME, je pense qu’on doit surtout la proposer et pas l’imposer. Laisser le choix à l’enfant d’aller doucement. Il y aura des enfants qui seront plus à l’aise dès le départ avec le fait de croquer des morceaux et de mâcher même sans dent ! Et d’autres qui prendront plus leur temps mais qui un jour, vous demanderont de goûter dans votre assiette. A partir de ce moment, je pense qu’on peut se « rassurer » et proposer également une assiette à son enfant !

Et surtout, ne faites pas les choses parce que la maman « hyper hype » sur Insta le fait et que ça marche nickel. Les enfants sont uniques, je le répète. Ils avancent et évoluent à leur rythme, ne les brusquons pas !

ET AUJOURD’HUI ALORS, POUR NOUS ?

Je compte 3 phases d’alimentation dans une journée type.
Un biberon de lait le matin avec céréales à la vanille + une petite tranche de pain (ou viennoise, le weekend !) s’il le demande.

Le midi, Victor mange quasiment en solo, à la maison et chez ma soeur.

On a un peu investi pour qu’il se sente entièrement autonome dans son temps du repas. On a acheté un rehausseur pour les chaises afin qu’il mange à table avec nous. Il a également une belle assiette, de beaux couverts, de belles serviettes (géantes ! Oui, le fait de laisser de l’autonomie dans l’alimentation ne va pas être simple pour les grands maniaques de la propreté !). Il mange à la main donc, s’en met partout mais ce n’est pas grave ! Parfois, il essaye avec la cuillère et s’en sort de mieux en mieux. J’ai testé une très grosse cuillère en bambou, depuis quelques jours, c’est vraiment ce qui lui convient le mieux ! Et il boit au gobelet (depuis plusieurs mois ça en revanche !).


Globalement, une assiette se compose de légumes, de féculents, de poisson ou viande ou œuf dur et un petit morceau de fromage. On termine par une compote de fruits (sans sucres ajoutés !) ou un fruit en morceau. J’ai ressorti mon cuiseur vapeur qui me sauve la vie. J’épluche et coupe mes légumes et je mets tout avec la viande ou le poisson à cuire. Et hop, 20 minutes après, c’est prêt sans crainte que ça crame, je peux donc rester avec Victor ou finir ce que je dois faire à la maison et les aliments conservent toutes les bonnes choses qu’ils contiennent ! J’ai aussi testé les quiches sans pâtes aux légumes, qui sont en fait de bons repas complets (œufs, légumes, céréales et produit laitier) pour quand on n’a pas le temps, une franche réussite ! Enfin, j’achète tous les légumes en magasin bio (moi, Le Marché de Léopold, avec des légumes locaux pour la majorité !), j’ai fait le test et je ne m’en sors pas pour plus cher, du coup, on mange tous la même chose à la maison !

Pour le goûter, une compote, un laitage et un biscuit (pas pour les bébés, des trucs simples et/ou fait-maison, la plupart du temps).

Pour le soir, une soupe de légumes + un laitage + biberon en complément du laitage avec un peu de céréales natures.

ET SI JE METS DES CHOSES DE QUALITÉ DANS L’ASSIETTE, J’AI TOUJOURS EGALEMENT FAIT ATTENTION AU CONTENANT ! 

Chez nous, le plastique a été banni depuis plusieurs années, notamment pour la cuisson. Et je fais très attention aux types de plastiques utilisés, si nécessaire. J’achète beaucoup d’objets en bambou pour Victor. Ça passe au lave-vaisselle, c’est plus solide quand une assiette est poussée un peu trop près du bord ou quand le verre glisse des mains.

J’en profite pour vous parler d’un super e-shop où j’ai trouvé de très belles choses !

J’ai eu l’opportunité de pouvoir me faire plaisir sur le site CalinCalo. Et si j’ai accepté, c’est parce que ce joli site a une histoire qui me parle beaucoup en ce moment, dans ma volonté de m’épanouir personnellement et professionnellement. Carole, maman de deux petits garçons, a décidé de devenir son propre patron et d’offrir aux parents l’opportunité de consommer mieux. Elle propose de trouver facilement des produits bons pour nos petits loups. Elle a réussi à regrouper dans un même endroit des produits écologiques, français en majorité, utiles, jolis et créer par de petits créateurs. J’ai trouvé l’idée hyper chouette, d’autant plus que pour mes lecteurs d’Ille-et-Vilaine, elle propose un service de location de puériculture qui pensent aux parents qui partent en vacances dans la région et qui ne peuvent pas tout emporter avec eux, aux familles qui reçoivent parfois et que ne peuvent pas forcément avoir toute la panoplie pour les bébés 24/24 chez eux ou à toute personne qui aurait besoin ponctuellement de matériel de puériculture (pensez aux mariages, par exemple !).



Tout ce que vous aurez vu sur les photos qui accompagnent cet article viennent de CalinCalo.
Avant de vous en parler, il était important pour moi de tester les éléments reçus et c’est un vrai coup de cœur. La vaisselle est de la marque EKOBO. Elle est hyper solide (oui, Victor m’a déjà cassé une assiette en bambou en tapant dedans avec sa cuillère !). La serviette géante en plus d’être belle est hyper pratique, en coton bio et coloré avec des encres non toxiques.  

Pour retrouver directement les éléments sur le site, cliquez sur les liens suivants : 

ASSIETTE - COUVERTS - GOBELETS - SERVIETTE GEANTE

Mais si moi, j’ai voulu me focaliser sur les kits d’alimentation, puisque je traite du sujet dans cet article, vous pourrez également trouver de jolis jouets en bois, des jeux d’éveil, des vêtements, des Doudous, du linge, de la déco… Bref, tout ce que vous voudrez pour l’univers de votre enfant avec une gamme de prix assez large pour qu’on puisse trouver un petit truc qui fera plaisir à notre enfant !

J'ai d'ailleurs reçu une très jolie voiture, en surprise, c'est devenu la "chouchou" de Victor ! C'est un modèle 100% fabriqué en France de la marque FOULON, dans le Jura. Un très joli cadeau à faire, il y a tout plein d'autres modèles, allez voir, vous allez craquer, c'est certain ! <3


POUR CONCLURE…

Victor est un petit chef. Je trouve que depuis qu’il est autonome dans l’alimentation, il est plus autonome, en général. Il a d’ailleurs marché très rapidement après, ses dents ont toutes poussées d’un coup, alors qu’elles avaient mis du temps à arriver. On sent qu’il avait vraiment besoin de se débrouiller tout seul, étant dans sa période de mimétisme, c’est dans la logique des choses. Il veut faire « comme nous », alors j’ai décidé de le laisser faire et ça marche comme sur des roulettes !

Je sais que ça peut faire peur. Qu’on peut penser que nos enfants sont trop petits ou qu’ils ne sont pas prêts. Encore une fois, je ne pourrais pas dire à votre place que votre enfant peut manger seul et se débrouiller comme un grand mais je ne peux que vous encourager à y aller doucement et à faire des tests de temps à autres. Vous verrez, ça va bien se passer !



J’espère que cet article vous aura plus.
En aucun cas, je ne veux faire de critique ou de remarque sur ce que chacun fait avec ses enfants. Je pense, comme toujours, qu’on sait ce qui est bon (ou pas) pour eux. Je sais aussi que les questions peuvent arriver et s’entremêler avec les inquiétudes. Alors si mon expérience et ce que j’apporte dans cet article peuvent peut-être démêler ne serait-ce que quelques interrogations, j’aurai réussi à 100% !

N’hésitez pas à partager l’article, à laisser un commentaire, à partager votre propre expérience de la première année de l’alimentation de vos petits. J’aime bien quand on peut discuter tous ensemble et depuis quelques mois, c’est le cas, alors merci ! Et n’hésitez pas à faire un tour sur CalinCalo

A très bientôt ! <3

*Article en partenariat avec l'eshop CalinCalo*

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire

Copyright © Dans Ma Boite | Blog Lifestyle | #trécoule | Tours. Blog Design by SkyandStars.co