Home Sweet Home

jeudi 3 septembre 2020

Dernier article de la rentrée, autant vous dire qu’à partir de la semaine prochaine, ce sera plus sur un rythme d’un article par semaine. En fait, si j’en ai trois à vous proposer cette semaine, c’est que mon article de rentrée était tellement long, que j’ai préféré le scinder. C’est moins indigeste pour tout le monde ! Et vu vos commentaires, ici et là, je crois que ça vous plait bien ! Merci !

Troisième réflexion qui revient beaucoup sur Instagram :

« Et votre maison alors, t’en parle pas ! »


ALALALALALALALALALA… Oui, ça fait beaucoup de « lala » mais c’est ce qu’il me vient à l’esprit quand je commence à vous parler de cette histoire.

Pour resituer, pour ceux qui n’auraient pas suivis, nous avons déménagé dans l’ancienne maison de mes parents, dont j’ai hérité il y a quelques années. Après deux essais de location assez catastrophiques, nous avons laissé la maison pendant une année, un peu vivoter. Au final, suite à des mauvaises expériences dans notre quartier et au fait que l’appartement devenait trop juste pour nous trois, nous avons pris la décision avec Le Mari de nous installer dans la maison, à condition de pouvoir la rénover à notre image, pour que qu’elle ne soit plus « La Maison de Papa/Maman » mais « Notre Maison » !

On avait aussi besoin de quitter notre appartement, donc, où on ne se sentait plus à l’aise. Le voisinage est devenu assez désagréable, peu courtois et le quartier en général est devenu très bruyant, très passager et on a vite ressenti la pollution s’installer et le peu de propreté également (merci les gens irrespectueux !) … J’ai eu deux mauvaises expériences (dont une avec Victor) en me promenant, le bâtiment qui était très sécurisant ne l’a plus été… Bref, on avait qu’une envie, c’était de se barrer ! (Fun fact – nous avons croisé plusieurs voisins qui lors du déménagement nous ont appris leur départ ou que d’autres voisins sympas étaient partis, à chaque fois pour les mêmes raisons que les nôtres…)

Il aura fallu un an de mésaventures pour que nous trouvions quelqu’un en qui nous avions confiance pour lancer les travaux et les démarches, en général, à la maison… Grâce à une abonnée sur Instagram, par ailleurs, je ne la remercierai jamais assez !

Les travaux qui devaient lancer la rénovation, c’était la dépose et pose de l’ensemble de nos fenêtres et de notre porte d’entrée. Le début travaux était prévus pour… Le 17 mars 2020 ! Dois-je vous rappeler ce qui s’est passé, ce jour ? Non, hein ? Et puis au passage, si vous avez lu le premier et le deuxième articles de rentrée, vous allez constater que cette date, chez nous, c'était encore moins fou ! 

Le chantier s’est arrêté à notre demande mais aussi parce que certaines entreprises ont arrêté leurs activités pendant tout le confinement. Reprise, une semaine avant le déconfinement… Deux mois de perdus sur les travaux qui finalement, ont duré environ deux mois. Donc en gros, nous aurions dû emménager en mai 2020…

Septembre 2020, nous y sommes !


Mais, non, sans difficultés. Entre l’un des artisans qui a eu BEAUCOUP de mal à gérer sa partie, qui nous a fait n’importe quoi et parfois des trucs hyper limites (dangereux quoi !), il nous a fait perdre bien trois semaines sur le « minutage » prévu. Et puis quelques petites bourdes aussi, de la part d’autres artisans… En gros, nous avions prévu sans ces contretemps d’arriver fin juin… Impossible !

Ça nous a fait perdre du temps sur nos travaux à nous : la peinture de tous les murs et plafonds, la pose du parquet dans une bonne moitié de la maison, le montage de la cuisine et des meubles dans le salon… Mais, il a bien fallu emménager.

Nous bénéficions d’un mois de préavis seulement et il FALLAIT se dépêcher !

Déménager, un bonheur…


Ou pas ! En gros, en une semaine, il a fallu que nous fassions les cartons (on n’a pas pris d’avance parce que vivre dans les cartons, littéralement, dans un appartement trop petit, pendant plus d’une semaine, on aurait pété un câble, vu le contexte !), que les travaux se terminent au mieux à la maison (peinture et un bout du parquet, au moins) et qu’on organise notre déménagement.

Mais les rois de l’organisation (nous !) ont été, comment dire, tout à fait dépassés en deux jours. Entre le camion qui n’était pas disponible à la location sur les jours qu’on avait choisis (on l’a pris sur trois jours, au lieu de quatre, ça a son importance !), le frigo et la machine à laver qui nous ont lâché et qu’on a dû racheter en speed, la cuisine à monter en express pour vider les cartons, la fatigue, les allers-retours, la fatigue, l’appartement qui comme par magie se remplissait de plus en plus au fur et à mesure qu’on faisait des cartons (trop chelou !) et ai-je parlé de la fatigue… Bref, nous étions dépités au bout de deux jours !

Si bien que nous avons rendus le camion plus tôt, sans avoir terminé de vider l’appartement. Vraiment dépités les gens, je vous le disais ! Dites-vous que dans nos esprits malins (ou pas !), les trois semaines de vacances du mari devait se répartir en :

  • Semaine 1 = cartons + travaux
  • Semaine 2 = déménagement
  • Semaine 3 = tranquille à la maison pour ranger + nettoyage appartement

Bah pas du tout, en gros les trois semaines ont servi à tout ça, en même temps et on oublie bien entendu, le repos prévu pour Le Mari pendant ses « vacances » …

Bref, ça n’a pas été l’expérience de déménagement la plus agréable, pour être honnête. Malheureusement, et contrairement à ce que j’aurai pensé, le fait de se sentir si mal dans cet appartement a eu un effet contraire, selon moi. Au lieu de se dire qu’il faut tout faire au plus vite pour se barrer vite, on a finalement eu du mal à revenir une fois qu’on était chez nous.

Du coup, Le Mari y est retourné tous les soirs pendant la dernière semaine avant l’état des lieux (qui a eu lieu ce lundi et qui n’est pas ouf alors qu’on s’est cassé le c** à laver cette crotte d’appartement en décomposition !), afin de rapporter les derniers meubles et les dernières affaires. Samedi et dimanche, on a lavé et rangé. Jusqu’à lundi matin, en vérité ! Et voilà…

A la maison ? Le bordel ! Y a pas d’autres mot… Le parquet n’est pas terminé. Nous n’avons pas de dressing, donc rien pour ranger nos fringues. J’ai des retouches à faire en peinture et les toilettes à terminer. Le lavabo de la salle de bain et d’autres accessoires ne sont pas en place… En gros, seule la chambre de Victor est OK et pour le reste, nous vivons entre les cartons restants et les trucs dehors qui doivent partir à la déchetterie… Un bonheur, je vous l’ai dit !

Voilà pourquoi vous n’avez rien vu. C’est parce que rien n’est à voir ! En gros, on n’a pas fini la maison et elle ne ressemble pas vraiment à ce qu’elle devrait. Et je préfère franchement vous proposer quelques jolis clichés quand on aura des portes, un peu de déco qui ne sont pas des entassements de cartons ou des meubles à monter. Et quand j’aurai du temps, pour ranger les choses qui n’ont toujours pas de place !

Mais on est heureux !


Et c’est le principal ! Franchement, notre maison est belle. Elle est comme on le voulait, comme on l’a imaginé, comme Le Mari l’a dessiné… C’est NOTRE petite maison. Avec notre petit jardin. Où les oiseaux viennent par dizaine, picorer le sol. Où les escargots font des processions (TRUE STORY !). Où les lézards vivent tranquilles. Où les rosiers sont magnifiques. Où j’ai un laurier sauce qui dépasse ma maison. Où on va pouvoir mettre une balançoire et un toboggan. Où je vais pouvoir faire un vrai potager. Où c’est calme. Où on est un peu en retrait de toute l’agitation et ça nous fait du bien !

Du coup, malgré les gros coups de mou, on est bien. Victor est tellement heureux d’être ici. Tout est cool ! Et on a surtout réussi à en faire NOTRE MAISON à nous. J’avais peur d’être un peu mal à l’aise parfois, de revenir vivre ici. Mais pas du tout, la maison est transformée et même si j’ai d’excellents souvenirs ici, ce n’est plus tout à fait la même maison. Du coup, on va la faire revivre, à notre façon et on va pouvoir s’y créer de nouveaux très jolis souvenirs ! Hâte de vous en partager certains ! 

Je suis navrée de ne pas avoir fait tout ce que je voulais pendant les travaux. J'ai quelques clichés, que je mettrai ici, dans un article "avant-après". Mais pour ne rien vous cacher, j'ai des débuts de "vlogs" de chantier, que je n'ai jamais terminé. Avec les nouvelles pas cool sur les travaux, ça m'a cassé et je n'ai pas eu le temps de les continuer. Donc, on va faire ça d'ici quelques semaines, quand la maison aura pris forme et vous aurez un VRAI "avant-après" ! 

Voilà, c’était le plus long des articles de la rentrée, mais vous l'avez compris qu’il y en avait à dire ! J’espère que ces trois articles de rentrée/retour vous auront plu. En tout cas, moi, ça été un bonheur sans nom d’écrire et de partager tout ça. Mon blog a toujours été un petit journal du quotidien et j’ai l’impression de retrouver le bon chemin, avec le sourire et sans pression.

On se retrouve bientôt pour un nouvel article.

Encore merci pour vos messages, vos retours, ils sont chaleureux et enthousiastes, ça fait tellement plaisir à lire. C’est motivant et ça donne envie de revenir avec de chouettes choses à partager avec vous !

Pauline.

2 commentaires

Dans Ma Boite | Blog du quotidien | Tours