mercredi 13 février 2019

J'ai lu. L'éducation approximative de Agnès LABBE


Hello, 
Je chronique rarement des livres, tout simplement parce que je ne pense pas être la lectrice la plus assidue du monde. Cela dit, quand j’aime lire un livre en principe, je ne le quitte pas avant de l’avoir terminé. Le dernier en date (et ça date !), c’était « La Page Blanche » de Pénelope BAGIEU que je devais d’ailleurs chroniquer et que je n’ai pas chroniquer… BRAVO ! 

Aujourd’hui, on va parler éducation et enfant. Je sais que la plupart du temps, mes articles parlant de ma vie de Maman ne passionnent pas mon auditoire, mais franchement, il est tellement bien ce livre, qu’entre nous, ça pourrait intéresser tout le monde ! Bon, pas tout le monde, OK, mais au moins ceux et celles qui comme moi, se sentent parfois un peu paumés dans l’éducation de ses enfants. Et à la vue des messages privés reçus sur Instagram, on est quelques-uns… 

J’ai donc lu « L’éducation approximative » de Agnès LABBE. 


Petite mise en contexte : Victor approche des 18 mois (oui, déjà !). Comme tout enfant normalement constitué, il grandit, il évolue et parfois on pourrait se sentir un peu « perdu » face à cette évolution qui, entre nous, est bien trop rapide ! Si jusqu’ici, j’étais très à l’aise et confortable dans mes baskets avec la façon d’agir avec mon fils, depuis quelques semaines, c’est plus tout à fait ça ! Si vous avez lu mon dernier article, vous comprendrez pourquoi j’ai eu tendance à culpabiliser de certaines choses dans ma façon d’être avec Victor, notamment, en regardant des InstaMum ou en lisant des Blogs de Mamans. GROSSE ERREUR ! 


Si elles peuvent être de bon conseil, elles ne se rendent pas compte que parfois elles sont un poil moralisatrices. Alors, c’est aussi à nous, lecteurs, de faire la part des choses et de ne pas tout prendre comme acquis. Mais quand on est au bout du rouleau, pour n’importe quelle raison (prochain article #trécoule !), et bah, on se laisse prendre au piège ! Et devinez qui est tombée dans le panneau de la Maman parfaite sous toutes les coutures, du moins, en apparence, Bibi ! Et les questions, elles ont commencé à s’accumuler dans ma cervelle de piaf… 

J’en ai parlé avec Le Mari, qui m’a rassuré mais au fond de moi, il fallait un déclic extérieur. Et un peu comme le Mesi qui tombe du ciel, une Maman blogueuse que je ne connaissais pas (mais qui visiblement, est connu !) m’a suivi sur Insta. Du coup, je vais découvrir son univers, j’adore, je la suis et je tombe sur ses stories. Elle y partageait « L’éducation approximative » en disant que c’était un excellent livre et qu’elle le conseillait… Effet boule de neige, je file voir l’Instagram de la Maman blogueuse qui a en fait écrit ce livre et… J’ai aussi adoré son univers ! Son ton, ses articles de blog totalement décomplexant, ses photos sur Instagram… Vraiment, top ! 

J’ai pu découvrir les premières pages du livre, en téléchargeant le début en version numérique et j’ai voulu dévorer le reste tout de suite. A cause de multiples péripéties, impossible de le télécharger, je l’ai donc acquis physiquement, chez Cultura et j’ai engloutie les pages en 2 jours ! 



Education Approximative : KEOI ? 


On entend beaucoup parler de mode d’éducation. Notamment, celle qui fait couler de l’encre depuis quelques années, l’éducation positive et bienveillante. J’ai lu quelques livres sur la question, avant mon accouchement et j’ai toujours été perplexe... A chaque fois, je ne pouvais pas m’empêcher de me dire que je n’étais pas capable de faire ce qui était proposé ou que certaines façons de faire étaient trop extrêmes à mon goût. Mais apparemment, c’était LA méthode qui ferait de nos petits des personnes tout à fait épanouies. Et du coup, je me posais trop de question par rapport à l’éducation qu’on voulait donner à notre fils ! 

Bête, vous me direz, car un livre ne fait pas l’éducation de nos enfants… Oui, je vous répondrai ! Mais encore une fois, quand on est fatigué par une nouvelle organisation, notamment quand un bébé entre dans nos vies paisibles, on fait parfois « comme on peut ! ». Alors j’ai laissé les livres de côté, avec Le Mari, on a pris des points intéressants de l’éducation positive et on a brodé autour de ça. 

Parce que, oui, l’éducation positive/bienveillante, c’est un mode d’éducation vraiment intéressant, rempli de bon sens et de bonnes idées pour nous accompagner dans l’éducation de nos enfants. Mais, puisqu’il y a un « Mais », j’ai rapidement compris que ma personne, ce que je suis moi, ne pourrait pas toujours coller à certains préceptes de l’éducation bienveillante et positive… 

Je suis une personne impatiente, avec un mauvais caractère, et qui part au quart de tour quand elle est fatiguée ou qu’elle ne se sent pas à son aise. Certes, depuis l’arrivée de Victor, j’ai VRAIMENT arrangé ces gros défauts et j’ai appris la patience, mais ils ne disparaitront pas totalement, non plus, comme par magie. Il faut se rendre à l’évidence, je suis comme ça depuis que je suis gamine, sans dire qu’il n’y a plus d’espoir… Bah quand même ! Et entre nous, j’ai eu beau me forcer à prendre certains réflexes, si Le Mari réussit comme un chef, pour moi, c’est plus compliqué… 



Revenons à l’essentiel : le livre ! 


Quand j’ai commencé à lire les premières pages, qui expliquent ce que va contenir ce bouquin, j’ai compris que Agnès LABBE et moi, on avait quelques petits points en commun. Hormis le fait qu’elle a 4 enfants, qu’elle bosse et qu’on a de ce fait, pas le même quotidien et pas les mêmes envies, nos points de vue sont assez similaires sur la façon dont on doit être avec ses enfants. 

En gros, elle explique tout au long des pages qu’il faut arrêter de se prendre le chou ! 

Nous sommes des humains avant d’être des parents et nous ne sommes pas parfaits ! 

On a le droit de se planter, on a le droit d’être en colère, on a le droit d’être fatigué et de ne pas supporter certaines crises qui sont bien corsées, on a le droit de dire qu’on est le chef, on a le droit de lâcher prise, on aussi le droit de parfois déroger aux règles de la maison parce qu’on est au bout du rouleau, on a le droit de céder ou de ne pas se justifier auprès de nos enfants, de ne pas toujours se baisser pour leur dire un truc, de boire des verres de vin blanc autour d’un apéro après avoir mis tout le monde au lit, plus tôt que d’habitude … J’en passe et des meilleures ! 


Le livre n’est pas du tout en contradiction avec la méthode positive/bienveillante, bien au contraire, puisque l’auteure se base tout de même sur certaines de ses méthodes qui sont, il faut l’avouer, très intéressantes et hyper valorisantes pour l’enfant. Simplement, les bémols qu’elle met en avant sont tellement justes et relates tellement un quotidien moins « merveilleux » et bien plus « réalisable », selon moi, qu’elle réussit à rassurer tout le monde ! En tout cas, moi, ça m’a fait du bien ! 

D’ailleurs, elle précise dès le départ que « l’éducation approximative » n’est pas du tout laxiste, au contraire. Agnes LABBE nous donne des exemples de son quotidien qui prouvent qu’elle aime aussi les « règles », qu’elle fait en sorte d’impliquer ses enfants notamment à la maison, qu’elle ne cède pas à tout ce qu’on lui demande, qu’elle est à leur écoute et qu’elle les valorise au quotidien… Mais, dans une certaine mesure ! Vous voyez ? Juste ce qu’il faut d’autorité et de « coolitude ». 

Il est surtout très drôle, ce livre ! Mais vraiment… Elle partage plusieurs petits moments de vie, et on rit franchement en les découvrant. On a aussi l’impression qu’elle est venue voir chez nous, quand elle décrit certaines situations. 

Et puis, de mon point du vu très personnel, elle réussit à mettre un peu en « sourdine » tous ces comptes Insta/Blogs qui encensent l’éducation positive et qui se permettent souvent d’être dans le jugement et de ne pas accepter les failles… (Je ne parle pas de TOUS les blogs/Insta qui abordent le sujet, j’en suis d’excellents et qui m’ont pas mal redonné confiance en moi et qui m’ont convaincus des bienfaits de l’éducation bienveillante/positive, mais avouons que beaucoup sont parfois un peu gonflants !). 


Pour clore, je pense vraiment que ce livre, qui ne se veut pas du tout être une nouvelle mouvance d’éducation, est tout même hyper intéressant dans son cheminement pour « l’apaisement mental » des parents. Certes, l’enfant est important et il faut qu’il se construise dans les meilleures conditions possibles. Mais, n’oublions pas que les parents sont tout aussi importants dans l’éducation d’un enfant ! N’oublions pas de nous mettre tous dans le même sac et de faire en sorte que notre petit monde cohabite dans le respect de chacun, que tout le monde s’écoute et dise tout haut les choses, même quand ça ne va pas ! 

De bien grands mots, quand on lit mes dernières phrases, mais globalement, je suis totalement d’accord avec le fait qu’on doit se détendre, en tant que parents et qu’on doit aussi accepter qu’on ne soit pas toujours des « Super-héros ». Ce n’est pas pour autant que nos enfants vont nous marcher dessus, qu’ils ne diront jamais « Bonjour » à la dame à la caisse de Auchan, qu’ils ne mangeront plus jamais leur assiette même si y a un midi (ou dix...) où ils ne veulent pas de nos brocolis… 

Bref, lâcher du lest quand nous ne nous sentons pas à même de gérer certains « conflits » ou pour éviter de les amplifier, ne signifie pas qu’on est de mauvais parents, qu’on est trop laxiste dans notre éducation et que nos enfants sont malpolis ! 

Bref, finalement, je n’avais peut-être pas besoin de lire ce livre, qui n’a fait que me conforter dans l’éducation de que nous avons mis en place à la maison, avec Victor. Mais il m'a fait un bien fou !  Nous avons toujours été convaincu que de nous écouter, tous, même si c’est dans des mauvais jours, était indispensable pour qu’on soit tous bienveillants entre nous. Et quand on est en colère, on a le droit de le dire (même Victor du haut de ses 18 mois avec ses bribes de mots !). 

En fait, éduquer son enfant, c’est juste l’intégrer dans notre quotidien, pour qu’il apprenne de ce qui l’entoure. C’est aussi nous éduquer en tant que parents, à imposer des limites sans qu’elles ne frustrent (de trop !) ou qu’elles ne brident l’épanouissement de nos petits. Et c’est surtout une GROSSE dose d’Amour qu’on doit se donner les uns, les autres. Et même quand on ne se supporte pas ! (Oui, si,si, parfois, vous ne les supportez pas ! Et vice-versa ! XD) 

Je vous recommande vivement la lecture de ce livre Feel Good ! Vraiment… Vous n’apprendrez pas une méthode infaillible pour éduquer vos enfants, mais vous aurez le sourire et certainement la sensation que, oui, vous faites exactement ce qu’il faut avec votre/vos loulou(s). 


Je vous invite à visiter également le blog de Agnes LABBE : Quatre Enfants ! Vous pourrez retrouver des bribes de ce qu’elle a partagé dans le livre, si vous voulez vous faire une idée sur le style d’écriture. Et puis, n’hésitez pas à télécharger une version numérique, pour vous mettre dans le bain. J’ai vraiment accroché avec les premières pages lues… 

Et vous, alors, c’était quand votre dernière crise de larme ? Horrible la question… Mais n’hésitez pas à partager avec nous, CE moment où t’as l’impression que tu ne sais plus quoi faire mais qui au final passe et se termine toujours par un gros bisou, un gros câlin et même par un « Maman, Je t’aime » quand c’est le bon jour ! 

Je vous dis à bientôt pour un nouvel article ! 

Bises !

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire

Copyright © Dans Ma Boite | Blog Lifestyle | #trécoule | Tours. Blog Design by SkyandStars.co