Non, je ne mange plus de viande !


J'avais reçu plusieurs questions à ce sujet. Et puis à chaque fois, j'oubliais de répondre. Pas par snobisme, non, juste parce que pour moi, ne plus manger de viande est devenu une habitude quotidienne et que je ne savais pas vraiment quoi répondre à tout ça finalement...
Et puis, récemment, j'y ai repensé. Comment j'avais géré tout ça, comment est-ce qu'aujourd'hui, j'ai pu réussir à imposer ce choix. La deuxième raison qui m'a donné envie de rédiger cet article, c'est une question d'une copine (qui se reconnaîtra probablement) qui ne savait pas comment s'y prendre...

J'ai compris que finalement, pour certains qui lisez mon blog, qui y êtes fidèles, c'est aussi pour cette raison ! Alors, ça risque d'être long. J'imagine découper au moins en deux parties ce sujet. La première partie serait le "Pourquoi du Comment". La deuxième, des astuces et des produits qui me semblent être pratiques pour commencer l'abandon de la viande.


Avant de commencer, je souhaitais aussi être très claire. En aucun cas, je ne souhaite faire d'apologie de quoi que soit. Ne pas manger de viande, c'est un choix personnel. Ce n'est en aucun cas un régime alimentaire qui vous fera perdre du poids. Ce n'est pas toujours synonyme de végétarisme ou de végétalisme. Je consomme d'ailleurs toujours des produits de la mer, j'adore ça et j'assume pleinement le fait d'en manger. On peut ne pas vouloir manger de viande pour des milliards de raisons,  souvent pas convictions personnelles, pour ma part, c'est principalement par dégoût... 

Oui, ça existe ! Non, je ne suis pas une "fifille" difficile qui veut faire attention à sa ligne en ne mangeant plus de viande. J'utilise souvent un exemple, mon entourage l'aura entendu déjà, vous qui n'aimez pas les choux de Bruxelles, pour beaucoup de raisons, qui dites que, je cite "c'est dégueulasse et ça pue" et bien pour moi, la viande, c'est pareil ! Sauf, que je dis simplement que ce n'est pas à mon goût, mais ça, c'est une autre histoire... #tolérance 


En fait, je respecte chacun, je comprends qu'on ne veuille pas manger d'animal parce qu'on les respecte (j'avoue d'ailleurs que c'est aussi une chose à laquelle je pense de plus en plus, quant à mon mari, il y pense vraiment beaucoup !). Je respecte aussi ceux qui n'y voient rien de mal. Chacun mange comme il l'entend ! Bref, après ce petit point sur le i, si on commençait ? 

Depuis que je suis enfant, j'ai vécu dans une famille de "poissonniers". Je vous arrête, personne n'a fait ce métier mais j'ai toujours été entouré par des personnes adorant les produits de la mer. Seul mon Papa aimait beaucoup la viande, rouge en particulier... J'ai connu comme beaucoup de personnes, le bœuf  bourguignon de Mamie, les entrecôtes/frites du samedi midi... Le truc, c'est qu'à cette époque déjà, soit je prétextais ne pas aimer ça ou je mangeais un mini bout de viande et je remplissais mon assiette de légumes (ma sœur pourra vous le confirmer, on reprenait toujours les carottes, jamais la viande !). Pour moi, le poulet ou la dinde suffisait amplement deux fois par semaine. Le steak devait être haché et plus que cuit, le truc immangeable pour les amateurs de viande rouge, en gros ! Bref, vous aurez donc saisi à quel point j'ai toujours éviter de manger de la viande.


L'adolescence a été une des périodes où je m'en suis contrefichue. En fait, je suivais le pas des copains, entre les McDo et les kebab... Quoi qu'en y repensant bien, je mangeais plus des paninis surimi que des "salade, tomates, oignons"... Et puis, je prenais volontiers quelques nuggets plutôt que des burgers au boeuf... Comme quoi, sans y réfléchir, j'étais déjà plus ou moins sur le chemin du sans viande !

Je vais passer sur la période entre mes 20 et 28 ans. Pourquoi ? J'ai été très perturbée pendant ces longues huit années. Anorexie, Dégoût de mon corps. Rupture douloureuse, Arrivée de la maladie pour ma Maman. Re-Anorexie. Perte de repères suite aux décès de mes parents... Autant vous dire que viande ou pas, à cette période, je m'en foutais royalement, je ne mangeais pas grand chose ou je n'y prêtais pas attention ! 


Quand j'ai compris pour mon intolérance au lactose, j'ai commencé à me dire qu'il y avait peut-être autre chose... Que certaines fois, d'autres aliments me rendaient malades. Comme quand on mange un truc qu'on aime pas pour faire plaisir à celui qui l'a préparé ! Et puis, il y a un an et demi, à peu de chose près (merci Instagram, pour l'info), mon mari, un peu paumé suite à mon anorexie, m'a posé la question. Il m'a demandé si on ne pouvait pas arrêter de manger de la viande, au moins chez nous. C'était aussi par besoin d'économie, la viande de qualité coûtait beaucoup trop chère pour notre budget alimentaire. J'ai donc beaucoup lu, je me suis imprégnée de la culture vegan pour comprendre pourquoi je n'aimais pas la viande. J'ai aussi fait en sorte de ne manquer de rien...

Première étape, bilan sanguin. Pour voir si je n'avais pas de manques. J'allais très bien, Étonnant d'ailleurs quand on voit comme je me suis sous alimentée à cette époque. Deuxième étape, manger dans des restaurants spécialisés. Mon véritable premier repas 100% végétal, c'était à Caen au Greedy Guts, pour ceux qui connaissent. C'est là que j'ai compris que la viande pouvait largement être remplacée par des aliments, des ingrédients que j'aimais en goût, en texture et que je prenais ENFIN plaisir à manger !


Ça fait d'ailleurs partie des conseils que je pourrais donner, essayer de trouver un resto où il est possible de manger sans viande pour découvrir les possibilités ! Car, oui, manger sans viande (et sans poisson pour ceux qui veulent vraiment tout arrêter niveau chair animale), ce n'est pas seulement le cliché persistant de la nana (ou du mec !) qui croque des carottes et qui mange des assiettes de salade verte ! Mais j'en parlerais dans l'autre article.

A cette époque, je mangeais encore de la viande dans les resto. En plus, j'ai mon soucis de lactose (d'ailleurs, je vais vous en reparler aussi...), alors autant vous dire, que sortir avec les potes, ça devenait pas simple ! Et puis, un jour, mon Papa est venu manger chez nous. Je lui avais préparé un gratin type hachis parmentier mais aux patates douces, carottes et protéines de soja. Il m'avait fait tellement de compliments sur mon plat qu'il avait fini par me dire que je ne devais plus me forcer à manger de la viande, juste pour faire plaisir aux gens. C'est lui, le premier à avoir saisi mes envies, il ne cuisinait plus du tout de viande quand on venait, les Noël étaient synonymes de plateaux de fruits de mer gourmands... Je n'ai jamais eu à le lui rappeler, lui le gros mangeur de viande, il a été le plus tolérant des personnages dans ma volonté d'arrêter... Et puis, il nous a quitté lui aussi...


Déclic total pour moi ! Ma sœur avait aussi parfaitement compris, elle est un peu comme moi en fait. Deux de mes amis ont aussi parfaitement saisi mes envies et me font des petits plats au top, sans viande, quand on se voit ! Mon mari ne mange plus de viande non plus, il fait des petits écarts quand on sort mais je n'y vois aucun inconvénient ! Il a d'ailleurs beaucoup de mal à manger de la viande, par conviction et par respect des animaux ! Il est finalement plus végétarien que moi, quand on y pense...

Pour commencer à conclure cet (long) article, il y a deux mois, je pense, j'ai fait un peu le bilan. J'étais partie vers le végétalisme. Et puis, je n'y trouvais pas totalement de plaisir, c'était synonyme de contrainte pour moi. Alors je suis revenue vers le végétarisme, qui correspond beaucoup plus à mes envies quotidiennes avec un peu de poisson parfois. En fait, il existe le terme pescetarien qui me semble être ce que je suis aujourd'hui et surtout ce que j'ai envie d'être... Et encore... En fait, je ne mange que ce que j'aime ! 


La véritable question dans tout ça, c'est : Est-il absolument nécessaire de mettre une étiquette sur ce qu'on est ? En fait, je mange, c'est tout ! Par plaisir, avant tout ! A-t-on vraiment besoin de savoir si Lola mange de la viande, si Michel mange des haricots vert, si Robert adore le tofu ou si sa femme Micheline préfère les sardines ? Je crois qu'aujourd'hui, c'est un véritable problème de société. Sans faire ma sociologue de bas étage, je crois qu'on se sent obligé de mettre un nom sur ce que nous sommes. C'est à cause de ça que les personnes mangeant de la viande ne comprennent pas ceux qui n'en veulent pas, ou au contraire, que ceux qui n'en consomment pas critiquent parfois très vigoureusement ceux qui aiment la chair animale...

Je sais que je ne changerais pas le monde avec mon article. Mais je me dis que si ça peut permettre à certains d'être décomplexés par leurs choix et bien au moins j'aurais réussi à faire ce que je voulais. Je ne mange plus de viande oui. Et je suis toujours autant heureuse, je ne m'ennuie pas (oui, on m'a déjà posé la question), je suis en excellente santé, mes assiettes sont toujours très bien remplies (trop parfois, même...), j'ai repris les 10 kg que j'avais perdu à cause de mon anorexie, rapidement. Je mange dans des restaurants absolument géniaux (de la junk aussi !)... Je pourrais vous en dire plus, mais je crois que vous avez compris pourquoi j'ai arrêté la viande. Par respect pour moi même, en fait !


La prochaine étape de cet article sera plus pratique. vous donner des petits trucs qui m'ont été utile quand j'ai arrêté. Si ça peut vous accompagner dans votre démarche, ce serait avec plaisir que je les partagerais. Encore une fois, je ne dis pas que je suis la personne la plus équilibrée du monde (autant voir mes weekends en ce moment) mais je sais qu'en acceptant ses idées et ses volontés, on s'aime beaucoup plus, on se respecte d'autant plus et on vit plus sereinement ! A bientôt.

10 commentaires:

  1. Voilà un article qui fait plaisir à lire ! Je ne sais pas pourquoi les gens qui arrêtent de manger de la viande ne mettent jamais en avant que c'est parce que cela ne leur plaît pas. Je suis sûre pourtant que c'est le cas de nombre d'entre eux. C'est quand même mieux d'être honnête avec soi-même plutôt que parfois d'avancer des arguments qui certes sont justifiés aussi mais ne sont pas toujours plein de convictions. Je ne sais pas si je suis très claire ^^'
    Je n'avais pas pris conscience de tous tes troubles alimentaires mais je suis contente que tu ailles mieux et tellement contente de te connaître aussi <3 De mon côté, la viande n'est pas ma grande passion, je déteste avoir de gros morceaux, ça m'écoeure généralement. Mais toutefois je ne suis pas encore dans une démarche où je veux arrêter d'en manger, j'essaie juste de me mesurer :) Bises <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Juliet pour ce commentaire rempli de bon sens ! J'avais un peu peur de l'écrire, cet article. Peu qu'on me montre du doigt en me collant des étiquettes peu flatteuses... Je ne doutais pas un instant, en revanche, que les copines, mon entourage proche pourrait comprendre ! J'en suis convaincue maintenant, les gens qui m'entourent aujourd'hui sont des gens bien ! :D Merci pour tes encouragements et ravie de passer ces moments de rigolade à tes côtés ! :D

      Supprimer
  2. Je comprend parfaitement ta démarche, et comme toi je trouve agaçant ce besoin qu'on les gens de mettre les habitudes alimentaires dans des cases. Et s'il n'y avait que ça, mais l 'intolérance et les clichés ...
    Et encore, je ne suis "que" flexitarienne
    . (Vegetalienne a la maison, omni en exterieur) alors je n ose imaginer ce qu endurent les végétaliens.

    Bref, merci pour ton article, qui met en lumiere une raison peu évoquée du vegetarisme : une question de (dé)goût .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton commentaire très juste également ! Quel bonheur de vous lire ! Ca me rasure de voir que je ne suis pas seule, que finalement, on pense beaucoup comme moi mais qu'on ose peu le dire... Toujours par peur de se faire mal voir... Je suis ravie que cet article te plaise et je suis contente qu'on se soit rencontré au travers de nos blogs ! :D

      Supprimer
  3. Merci pour ce chouette article :)
    Je suis complétement d'accord avec ce que tu dis sur les cases, chacun doit pouvoir manger comme il le souhaite surtout se sentir à l'aise avec son régime alimentaire.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis d'accord avec toi, pourquoi se mettre une étiquette sur ce qu'on mange, se mettre des barrières ! tu fais bien ce que tu veux, et je suis ravie de connaître une personne si fière de ses convictions et qui explique son parcours aussi bien, j'espère que tu pourras aider des lecteurs :)

    XOXO LOVE,

    Noé,
    notrecarnetdaventures.com

    ps : j'ai un peu pleuré quand j'ai lu ton passage de " et lui aussi nous a quitté " <3

    RépondreSupprimer
  5. J'ai beaucoup aimé lire cet article !
    La viande fait tellement partie de notre culture qu'il est toujours difficile de faire comprendre notre choix aux autres "mais qu'est ce que tu manges alors ? Tu vas être carencée fais attention! Les muscles ont besoin de protéines animales pour se construire..."
    Par contre chacun mange ce qu'il veut certes, je comprends qu'on AIME la viande, mais quand même une prise de conscience générale ne ferait pas de mal ! On n'est pas obligé de manger des protéines animales matin, midi, et soir (sans compter le goûter!) c'est mauvais pour notre santé, l’environnement, les animaux, sans parler des risques sanitaires...
    BREF j'arrête je pourrait en parler des heures, mais tout ça pour dire que j'ai aimé te lire !

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Hello Pauline !

    J'ai beaucoup aimé ton article (je persévère pour laisser un commentaire d'ailleurs ^^).

    Je me suis un peu reconnu dans ce que tu expliques, dans le choix de la viande qu'on souhaite manger ou pas. Je ne suis pas fan de viande et encore moins de la rouge (moi aussi je veux que ce soit bien cuit !). Je refuse également de manger du mouton, agneau, lapin et gibiers. C'est une conviction personnelle (et surement du au fait que j'ai souvent assisté à l'abattage de ces petites bêtes par ma grand-mère qui en faisait l'élevage !). Alors je me prends souvent des réflexions du genre "ho c'est pas différent d'une vache ou d'un cochon !" "la vache aussi a été un bébé c'est bon !". Sauf que si je n'ai pas envie d'en manger, j'ai le droit non ? Et oui d'ailleurs je mange de la dinde, du poulet et du porc, je ne peux donc pas me revendiquer végétarienne. Bref, en gros il n'y a pas d'étiquette pour mon régime alimentaire et parfois, les gens pensent que je fais des manières...

    Tout ça pour dire qu'on a bien le droit de décider ce que l'on a envie de manger ou non ^^

    Voilà voilà, bisous !

    RépondreSupprimer
  8. Coucou
    Je ne commente pas souvent les blogs mais j'ai cette fois c'est différent. Depuis plusieurs années je voulais arrêter de manger de la viande, à chaque fois je me disais c'est ma résolution de telle ou telle année et je n'y arrivais pas par peur d'être jugée et parce que je ne savais pas comment la remplacer. Instagram m'a beaucoup aidé, j'ai découvert pleins de façon de remplacer la viande et depuis fin juin je n'en mange plus du tout et je l'assume totalement auprès de tout mes proches. Certains ne comprennent pas mais la plupart ont bien compris et respecté mes choix. Je mange encore du poissons mais très peu parce que comme toi j'aime ça. J'adore ce que je mange et je fais découvrir ça à mes proches aussi quand ils viennent et ils adorent :) comme quoi :)

    RépondreSupprimer

Fourni par Blogger.